Archives de catégorie : Billets

Journée d’études : « L’INTERNATIONALE DE LA PHOTOGRAPHIE SOCIALE » (3 MARS 2017, INHA)

L’Internationale de la photographie sociale

Les réseaux transnationaux dans le Paris des années 1930

 

Lieu : INHA, Salle Vasari, premier étage

2, rue Vivienne, 75002 Paris

9h30 – 17h30

Organisé par Damarice Amao et Christian Joschke

L’arrivée d’une jeune génération de photographes venue de toute l’Europe a inscrit le Paris des années 1930 dans des réseaux internationaux de la photographie sociale. Aussi furent éditées, vues et discutées les productions visuelles de nombreux pays. Les photographes furent associés aux organisations culturelles de la gauche internationaliste et anticolonialiste, contribuant à faire de Paris tout à la fois une caisse de résonance des transformations du monde et un haut-lieu de débats sur les rapports entre les images et la politique.

Cette journée d’étude s’inscrit dans la suite de celle du 25 mars 2016 sur la « photographie comme arme de classe » et s’intéressera tout particulièrement aux circulations transnationales et aux transferts culturels dans la gauche des années 1930.

Télécharger ici le programme détaillé

Matin

9:30 Introduction : Damarice Amao & Gabrielle de la Selle

Modération : Bernard Lebrun

10:00 Gwenn Riou : Les théories soviétiques sur l’art en France dans les années 1930. Diffusion, réception, réadaptation.

10:30 Max Bonhomme : Le photomontage en France dans les années 1930, identités politiques et transferts culturels

11:00 Pause

Modération : Damarice Amao

11:15 Béla Albertini : The photo group of the Hungarian Munka-kör (Work-circle) 1930-1932

11:45 Fedora Parkmann : Aspects internationaux de la photographie sociale en Tchécoslovaquie

12:15 Karolina Lewandowska : Brassaï et la « sensibilité sociale »

12:45 pause

Après-midi

Modération : Françoise Denoyelle

14:00 Kerstin Meincke : Germaine Krull and the Media Configuration of « World Art »

14:30 Lorraine Audric : Devenir photographe. Gisèle Freund et le monde communiste dans les années 1930

Modération : Christian Joschke

14:45 Sarah Frioux-Salgas : La presse panafricaine anticolonialiste à Paris dans les années 1920-1930. Description d’un corpus

15:15 Julie Jones : Vers une image « authentique » de l’Afro-Américain ? Usage de la photographie documentaire dans laNegro Anthology (1934).

15:45 pause

Archives

16:00 Hendrik Ollivier : Les collections photographiques d’Amsab-Institut d’histoire sociale

16:30 Eric Lafon : La photographie sociale, amateur et professionnelle du Front populaire en banlieue. L’exemple de Marcel Cerf, France Demay, Jan Renard et anonyme

17:00 Conclusion

Cette journée d’étude est organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographie sociale et documentaire des années 1930 », mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou. Elle bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01).

Légende du visuel : Carlo Rim et Maximilien Vox, Tout est foutu, édité par VU, Paris, 23 avril 1932, p. 25.

Journée doctorale histoire de l’art contemporain « Transversalité(s) » 25 janvier 2017, Université de Grenoble

La journée doctorale Transversalité(s) propose de croiser les approches et regards de jeunes chercheurs en histoire de l’art au prisme d’une notion qui est interrogée depuis quelques années dans les sciences humaines. En 2011, l’enseignement de la discipline et sa nécessaire évolution sont au coeur de la réflexion du séminaire organisé par l’Institut National d’Histoire de l’Art sur « La transversalité en histoire des arts : réalités et mises en oeuvre ». Des manifestations scientifiques posent cette question ou en sont parfois tributaires, comme le « Séminaire de la transversalité Images-sons-mémoire » mis en place par le Laboratoire Historique Rhône-Alpes, lequel développe également des « Ateliers transversaux ». Les publications relèvent du même élan, l’année 2016 étant marquée par la parution de deux ouvrages significatifs. Histoires sociales de l’art, une anthologie critique réunit une somme de textes en partant de l’idée que l’histoire de l’art « est une histoire, mais elle a aussi sa ou ses histoires, et doit aussi être (re)lue et pratiquée à la lumière des contextes, divers, foisonnants, parfois instables, qui la situent et la justifient ». Bertrand Tillier et Philippe Poirrier font paraître de leur côté Aux confins des arts et de la culture. Approches thématiques et transversales, XVIe-XXIe siècle dégageant l’axiome selon lequel les arts « doivent être appréhendés par des disciplines qui, si elles possèdent chacune leur histoire, leurs outils et leur forme d’écriture, s’enrichissent aussi de croisements et de dialogues méthodologiques».
Les doctorants en histoire de l’art contemporain des Universités
d’Aix-Marseille, Lyon et Grenoble réunis pour cette journée souhaitent questionner à leur tour cette notion de transversalité. Une multitude de sujets seront explorés, croisant les approches, les corpus, les notions et les échelles, les périodes et les formes et amenant à saisir dans leur complexité l’histoire de la création, de la diffusion et de la réception de l’art.

Programme de la journée

Résumés des interventions

COMPTE RENDU DE LA JOURNÉE D’ÉTUDE: L’ŒIL ET LA MAIN, LA TAPISSERIE ENTRE HISTOIRE ET CRÉATION par Nolwenn Chauvel et Ketty-Laure Païta.

Afin de vous faire partager les travaux des enseignants-chercheurs et étudiants, nous vous proposons la lecture du compte-rendu de cette journée d’étude organisé par Telemme dans le cadre « La Recherche et la Cité », réalisé par Nolwenn Chauvel et Ketty-Laure Païta, étudiantes en Master I Histoire de l’Art Contemporain sous la direction de Rossella Froissart.

L’ŒIL ET LA MAIN, LA TAPISSERIE ENTRE HISTOIRE ET CRÉATION.
MARDI 10 MARS 2015, AU MUSÉE DES TAPISSERIES, LABORATOIRE TELEMME
« LA RECHERCHE ET LA CITE », RENCONTRES ORGANISÉES PAR LE LABORATOIRE TELEMME, « LA CULTURE COMME PROJET ».
Michel-Édouard Bellet, conservateur en Chef du patrimoine, Directeur des musées et du patrimoine culturel de la ville d’Aix-en-Provence, ouvre le séminaire en accueillant l’auditoire et les intervenants. Maryline Crivello, directrice de l’UMR 7303, AMU-CNRS, TELEMME précise l’objectif des journées TELEMME, La Recherche et la Cité. Nées il y a deux ans, leur but est de sortir du laboratoire, de se délocaliser en ville. Le laboratoire TELEMME (UMR) est composé de plusieurs dizaines de chercheurs de l’Université Aix-Marseille et du CNRS. Il est pluridisciplinaire et les axes abordés y sont thématiques – le séminaire du 10 mars aborde La culture comme projet, lien entre recherche et musée. La collection du musée représente un patrimoine mais les archives éclairent tout autant le chercheur qui participe ainsi à l’interprétation de l’œuvre.

Objet de prestige, reflet des courants artistiques du Moyen-Âge jusqu’à aujourd’hui, chaque tapisserie exige à la fois le talent d’un artiste et le savoir-faire d’un lissier, nouant ainsi un lien étroit entre art et artisanat. L’après-midi d’étude qui s’est déroulée au Musée des Tapisseries d’Aix-en-Provence, le 10 mars 2015, interroge cette relation entre artisanat et art à travers les métiers du textile.

La première intervention, réalisée par Bruno Ythier, avait pour but de présenter la Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé à Aubusson (Creuse) dont il est le conservateur. Héritiers d’une longue histoire de confection de tapisseries, les élèves de cette école continuent de perpétuer la tradition en apprenant l’art du tisserand. La tapisserie y est une filière professionnelle qui est toujours en place depuis plus de cinq siècles et demi.
En 1884, ouvre l’École nationale des Arts décoratifs (ENAD) puis se produit la brève aventure du premier musée mais la ville n’adhère pas à ce projet et, faute des réparations nécessaires, il finira par être démoli. À partir de 1933, des projets d’agrandissement de l’ENAD sont envisagés mais en vain. André Chandernagor, ancien ministre des Affaires européennes et proche du maire d’Aubusson, décide, en 1978, d’ouvrir un centre culturel et artistique dont Jean Lurçat sera le maître d’ouvrage. Le musée ouvre, en 1982, mais n’abrite aucune collection. Quatre projets vont avorter jusqu’en 2006 et, l’année suivante, l’Etat annonce la fermeture de l’ENAD.
Le sous-préfet d’Aubusson a l’idée de monter un projet pour l’UNESCO en 2009 inscrivant ainsi le savoir-faire de la tapisserie d’Aubusson dans le patrimoine culturel de l’humanité. L’année suivante voit la naissance du projet de la Cité internationale et la gestion du musée et de ses collections est déléguée à un syndicat mixte, en 2011. Un vaste projet voit le jour autour de deux axes. Le premier est un axe de développement, constitué d’un volet patrimonial (fonds du musée, collection de l’école), d’un volet de création contemporaine et d’un volet de formation (formation professionnelle continue sur deux ans). Le deuxième axe est celui de l’immobilier. En 2012, un concours international d’architecture est mis en place et le bâtiment d’origine est modifié suivant un programme architectural qui met en scène la tapisserie. Sa façade, habillée de lignes verticales faites de membranes textiles multicolores et de lames de bois, fait référence au métier et au fil utilisé dans le tissage. L’État et la ville d’Aubusson collaborent par des commandes publiques d’œuvres. On trouvera dans ce musée des collections pédagogiques, une bibliothèque de douze mille livres, une collection de quatre-vingt grandes tapisseries démarrée dans les années 1980 ainsi que la collection d’art graphique. Le chantier devrait être achevé à la fin de 2015 et l’ouverture est prévue pour le printemps 2016.
La ville attire également des artistes à la renommée internationale qui viennent appliquer leurs talents à la tapisserie car le projet de la Cité internationale de la Tapisserie est non seulement de former de nouveaux artisans, mais aussi de récompenser les nouveaux créateurs. Plus largement, l’objectif est de promouvoir la tapisserie contemporaine dans le patrimoine artistique mondial. C’est dans ce cadre que la Cité internationale de la Tapisserie convie de jeunes artistes – mais aussi certains autres à la renommée déjà assise – à proposer leurs créations pour les produire au sein de leurs ateliers. Les tombées de métier donnent lieu alors à un évènement capital dans la vie d’une œuvre tapissée : ce ne sont pas seulement les invités mais l’artiste lui-même, auteur du carton, et celui qui l’a tissé, le lissier, qui découvrent leur ouvrage pour la première fois car la technique d’Aubusson, sur métier de basse lisse, oblige à travailler sur l’envers.
Un exemple de ces artistes qui viennent mettre leur talent au service de la tapisserie contemporaine d’Aubusson est la Peau de Licorne, dessinée par Nicolas Buffe et tissée par Patrick Guillot. Cette iconographie n’a certainement pas été choisie au hasard puisque la tapisserie de La Dame à la Licorne est directement liée à l’histoire d’Aubusson. Il est intéressant de constater que la tapisserie se marie avec d’autres matériaux : les sabots et la tête de l’animal sont en porcelaine de Limoges. Le lissier n’a pas seulement un rôle d’exécutant, il réalise un travail d’interprétation car c’est lui qui marie les nuances de la laine et la brillance de la soie pour rendre un travail parfait.

Bruno Ythier, a mis en exergue, lors d’une seconde intervention (effectuée pour le compte de Mme Nicole Reynès, conservateur général honoraire du Patrimoine, malheureusement souffrante) les différentes techniques de tissage, afin de mieux cerner la complexité et la beauté de cet artisanat. Le tissage mécanique est une invention datant de la fin du XIXe siècle durant la révolution industrielle. Plusieurs techniques de tissage existent telles que la tapisserie au point qui offre un effet de quadrillage. Elle se différencie de la tapisserie de lisse, en général horizontale, composée d’effets de côtes comme sur un velours. On utilise pour la tapisserie des fils de chaîne verticaux et des fils de trame horizontaux. Les matériaux de la trame sont la laine, la soie, les fils d’or ou d’argent ou encore le lin. Quelques effets particuliers peuvent apparaitre tels que le crapautage ou le point d’arrondiment. Il faut savoir que les dégâts du temps sont importants : perte de couleurs, dégradation des soies, usure dans les plis, salissures, pliures.

La Cité de la tapisserie d’Aubusson n’est pas le seul lieu de promotion de cet artisanat. Les recherches menées par Rossella Froissart, Professeur des Université exerçant à Aix-Marseille Université et membre du laboratoire TELEMME (UMR), le démontrent. Elle y a étudié le fonds Madeleine Jarry présent au Pavillon Vendôme. Madeleine Jarry est une historienne de la tapisserie, des arts décoratifs et du mobilier, encore aujourd’hui très reconnue et qui travailla, entre 1976 et 2004, au Pavillon Vendôme. Ces archives bien qu’hétéroclites ont le mérite d’étoffer un peu plus sa bibliothèque et de permettre à la ville d’Aix-en-Provence de rayonner dans le domaine de la tapisserie en attirant de nouveaux chercheurs.

Les recherches menées dans ce domaine par Marie-Lumir Roche, étudiante en Master 2 sous la direction de Mme Froissart, montre une fois de plus l’intérêt croissant des artistes mais aussi des chercheurs pour la tapisserie. L’intervention de Marie-Lumir Roche portait sur les tapisseries et structures contemporaines dans les collections du Musée des Tapisseries d’Aix-en-Provence. L’exposition Tapisseries contemporaines, qui s’est tenue du 2 avril au 1er août 1966, est une des premières expositions de tapisseries contemporaines à Aix-en-Provence. Le fonds du musée devient un centre de documentation impressionnant (revues, catalogues d’exposition, diapositives, etc). En 1968, parait l’ouvrage de Madeleine Jarry La Tapisserie : Des origines à nos jours. Puis, deux ans plus tard, se déroule l’exposition De Matisse à Mathieu, du 20 juin au 30 octobre 1970, constituée de quatorze tapisseries où Madeleine Jarry tient une conférence sur la renaissance de la tapisserie contemporaine. Le Musée des Tapisseries d’Aix-en-Provence doit ainsi promouvoir une nouvelle vision des arts décoratifs et présenter les œuvres actuelles. Cela s’inscrit aussi tout à fait dans la volonté du pavillon Vendôme comme en témoigne la demande de Marie-Henriette Krottoff, en 1970, de faire tisser, pour le Musée des Tapisseries, en direct, une toile de Matisse par un lissier de l’école des Gobelins.

Comme le fait remarquer Christel Roy, responsable du Pavillon Vendôme, l’image tissée tend à perdre de son importance au profit de la structure spatiale et de l’évènement organisé pour la présenter. Aujourd’hui encore, des artistes plasticiens sont régulièrement invités pour faire revivre ce lieu emblématique d’Aix-en-Provence au travers d’installations sur le thème de la tapisserie ou d’expositions comme Tisser des liens qui s’est déroulée du 29 juin au 29 septembre 2013. Les techniques employées utilisent du fil, bien sûr, mais pas exclusivement. Les artistes les plus connues sont Pierrette Bloch, Louise Bourgeois, Annette Messager mais aussi Julie Legrand, Joana Vasconselos, Anne-Marie Pêcheur, Chiharu Shiota. Treize femmes artistes ont été invitées lors de cette exposition. L’art du textile est tout à fait d’actualité, la preuve en est, comme le souligne, lors de son intervention, Valérie Brotons-Bedouk, responsable du musée des Tapisseries, son expression dans les costumes d’opéra du festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence.

Ainsi, la tapisserie garde-t-elle sa place dans les créations contemporaines. Cet artisanat s’est développé et vit de nos jours encore car il a toujours su se renouveler pour rester en osmose avec l’art de notre temps.

Nolwenn Chauvel et Ketty-Laure Païta.

Information utile!

Je voulais vous faire partager et porter à votre connaissance les informations précieuses figurant sur le carnet de recherche ACADEMIA.  Destiné plus spécialement aux étudiants et jeunes docteurs, ce carnet regroupe des offres d’emploi, attribution de  bourses, dates des commissions CNU et des campagnes de recrutement…. A consulter régulièrement!

Bienvenue sur le carnet de recherche AREA TELEMME!

Nous avons créé ce carnet avec le désir de pouvoir réunir nos travaux, articles, publications, commissariat d’expositions en les mêlant à des billets, avis d’expositions ou de conférences, séminaires, colloques qui auraient retenus votre attention où dans lesquels vous participez. Nous souhaitons vivement que carnetarea.hypothèses.org deviennent un lieu convivial d’échanges. N’hésitez pas à nous soumettre (riou.gwenn@gmail.com et audreyziane13@gmail.com) ce que vous souhaitez voir apparaitre dans ce carnet. Nous vous remercions par avance de vos contributions!

Gwenn Riou et Audrey Ziane

Arts et Relations entre les arts

Ce carnet de recherche se propose de mettre en lumière les recherches menées par l’équipe scientifique spécialisée en histoire de l’art moderne et contemporain (Professeurs, maîtres de conférence, chercheurs associés, doctorants). Ce groupe Arts et Relations entre les Arts (AREA) est un axe de recherches du Laboratoire Telemme (CNRS-Aix Marseille Université) et ce carnet a pour ambition de réunir et faciliter les résultats des recherches des membres d’AREA, d’assurer une meilleure visibilité, cohésion et mise à jour des recherches menées dans les champs de recherches tels que: arts visuels des XIXe et XXe siècle, architecture, arts décoratifs, urbanisme et histoire de l’art des jardins XVIe-XVIIIe siècles, histoire de l’art des temps modernes, art et musique, photographie et art conceptuel, liens entre revues et arts.